- Mouvement national des précaires de l'Éducation Nationale -

- Mouvement  national des  précaires de  l'Éducation Nationale -

- CDI projet, NON, lettre aux députés et sénateurs

Ci-dessous, voici le courrier que vient d'envoyer UNAÏSSE aux 577 députés et aux 348 sénateur.


Mesdames, Messieurs les député(e)s / sénateur(e)s,

Malgré les annonces de création d'un nouveau métier d'accompagnant scolaire, il nous semble important de porter à votre connaissance les problèmes rencontrés par nos collègues sur le terrain.

Vous trouverez à ce sujet une annexe recueillant les témoignages de situations réelles suite à l'application (ou non application) de ce texte :
* Elèves avec notification sans Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) ;
* AVS ayant signé un contrat sans élève ;
* AVS actuellement en Contrat Unique d'Insertion (CUI) mais ayant exercé auparavant, 6 ans comme Assistant d'EDucation (AED) ;
* AVS à qui il manque quelques jours pour totaliser les 6 années ;
* AVS intervenants dans les établissements agricoles ;
* AVS exerçant auprès d'enseignants porteurs de handicap...
La liste est loin d'être exhaustive, il s'agit de situations personnelles et individuelles pour lesquelles il faudrait une réponse au cas par cas.

Tout laisse à penser que la fusion des diplômes d'auxiliaire de vie sociale (AVSociale qui interviennent au domicile) et d'aide médico psychologique (AMP qui interviennent en institution) pourrait permettre d'y adjoindre l'aspect accompagnement scolaire. Cette idée nous inquiète énormément. En effet les AVSo et les AMP relèvent des domaines de l'hygiène et du soin. Quelle sera donc la place des accompagnants scolaire ? Un module complémentaire doit être apporté pour compléter ce "manque". Comment justifier qu'un simple module puisse suffire à la complexité de nos missions ?

Nous rappelons que nous pouvons intervenir dans des établissements publics ou privés, de la maternelle à l'enseignement supérieur (y compris dans le domaine agricole), auprès d'élèves porteurs de handicap moteurs, sensoriels ou mentaux.
Nous travaillons en collaboration avec l'équipe enseignante et soignante dans un soucis d'éthique et de discrétion professionnelle, tout en faisant le lien avec la famille.
Nous nous auto-formons en contactant les structures et les intervenants qui aident au quotidien les élèves que nous accompagnons. Année après année nous acquerrons plus d'expériences et de connaissances dans des domaines parfois très spécialisés et généralement réservés (apprentissage du braille, de la langue des signes, de la méthode TEACH ou ABA pour les autistes....). Nous devenons à ce moment là des transmetteurs d'informations auprès des enseignants avec lesquels nous sommes amenés à travailler.
Nous sommes polyvalents en bien des domaines, nous devons nous adapter à de nombreuses situations, parfois très complexes, nécessitant finesse, intelligence, et gestes adaptés. De même, nous devons prendre des notes de cours, être les "mains" d'un bachelier lors de ses épreuves de bac... etc... Et avoir un niveau suffisant est une condition indispensable pour apporter un appui efficace aux jeunes en situation de handicap.

Ce court résumé de notre travail vous donne un aperçu de la complexité des tâches qui relèvent des missions d'accompagnement scolaire.
Le contexte actuel, loin d'être serein pour nous tous, n’interfère cependant d'aucune façon sur le professionnalisme dont nous devons faire preuve quotidiennement pour le bien être des élèves que nous accompagnons.

Nous vous engageons à bien réfléchir avant le vote concernant la fusion des diplômes d'AVSo et d'AMP avec l'ajout du domaine scolaire.
Nous refusons que l'Education Nationale nous oblige à entamer une démarche de Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) pour obtenir cet hypothétique nouveau diplôme qui nous amènerait à avoir un niveau (V), inférieur à celui de notre recrutement (IV).
Nous refusons de devoir nous soumettre au chantage d'un éventuel CDI, prétextant que nous pourrons dès lors travailler dans les domaines du domicile et du soin "grâce" à l'obtention de ce diplôme.

Sans votre aide et votre refus d'accorder votre voix à cette mascarade, la fonction d'accompagnant scolaire ne deviendra jamais un métier reconnu à son juste niveau.

Merci de nous soutenir dans notre démarche de création d'un métier et non d'une fusion avec du déjà existant.

Merci de voter "non" à ce projet tel qu'il est présenté.

Les membres du Conseil d'Administration de l'UNAÏSSE

• Lire la source UNAISSE  >>>



07/10/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 782 autres membres